Suivez-nous
Semis Urbains fait de l'agriculture urbaine pour les plus démunis.
9614
post-template-default,single,single-post,postid-9614,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.8.0,vc_responsive
Semis Urbains - parc Jean-Drapeau

Portrait d’impact: Semis Urbains, l’agriculture urbaine et caritative

Semis Urbains cultive pour les plus démunis sur des terrains urbains mis à disposition par des entreprises et des municipalités. De l’agriculture urbaine gagnante pour toutes les parties prenantes. 

Dépendre de dons alimentaires, Shawn Manning en a fait la triste expérience pendant son enfance. Son alimentation, peu nutritive et exempte de fruits et légumes frais, lui laissent un souvenir indélébile. Elle va surtout influencer sa vie professionnelle bien des années plus tard. 

Une solution innovante d’agriculture urbaine

Car aujourd’hui, Shawn Manning est le cofondateur de Semis Urbains, une entreprise familiale d’agriculture urbaine à Montréal. Depuis dix ans, l’entreprise crée des semis ancestraux, les commercialise auprès du public, offre des ateliers d’éducation et se spécialise notamment dans l’aménagement de potagers biologiques auprès des particuliers. Elle cultive aussi des aliments frais, sains et de qualité destinés aux personnes défavorisées. « L’idée, explique Shawn Manning¸ est de soutenir la sécurité alimentaire en cultivant dans des espaces sous-utilisés appartenant à des municipalités ou à des entreprises, et de donner les produits récoltés à des banques alimentaires ou des groupes communautaires.» 

Ce projet est né il y a trois ans sous l’impulsion d’un partenariat avec la Mission de l’Ouest de l’Île. Semis Urbains a depuis développé neuf sites d’agriculture urbaine comprenant 120 bacs de culture. On les trouve dans des parcs municipaux à Pointe Claire et à Pierrefonds par exemple. Ou encore sur des terrains privés de compagnies dans des secteurs aussi divers que le camionnage ou la biotechnologie.  L’ensemble de ces sites permet d’approvisionner la Mission de l’Ouest de l’Île en légumes frais qui sont ensuite distribués à des centaines de familles dans le besoin.  

Savoir mettre en valeur les impacts positifs

Plus qu’un projet de lutte contre l’insécurité alimentaire, l’initiative implique également les employés des entreprises-participantes dans la construction, l’entretien et la récolte des potagers. De quoi leur offrir une bulle de détente et l’occasion d’apprendre les b.a.-ba du jardinage grâce aux ateliers organisés par Semis Urbains. Sans oublier la possibilité d’entreprendre des activités de team building. 

C’est précisément dans le cadre de la Super cohorte en action climatique que Shawn Manning mesurait véritablement l’ensemble de ces impacts positifs. Cette formation de l’Esplanade, consacrée à la mise à l’échelle d’innovations pour accélérer la transition écologique, a notamment permis à Shawn Manning d’être suivi par sa coache Marieke Tremblay. « Elle m’a aidé à mieux vendre mon projet auprès des entreprises en mettant justement l’emphase sur les valeurs de Semis Urbains et ses impacts :  sur les employés, la communauté, la biodiversité, l’image corporative des entreprises et leur programme de bénévolat. » 

La suite

Forts de ces acquis, Shawn Manning et son équipe prévoient d’ores et déjà développer de nouveaux partenariats avec d’autres banques alimentaires à Montréal. Avec Jeunesse au Soleil par exemple qui pourrait se faire approvisionner par le potager de l’École nationale du théâtre du Canada. Plus globalement, l’objectif est de créer des potagers sur les terrains de 200 nouveaux clients d’ici trois ans. Ils permettront de nourrir 1000 personnes en légumes frais pendant 6 mois.  

Enfin, en collaboration avec le Campus de la transition, dans le cadre de la Super cohorte, Semis Urbains accède au parc Jean Drapeau pour créer un jardin solidaire. L’entreprise va concevoir et aménager sur la rotonde du bâtiment patrimonial Hélène-de-Champlain, un espace potager hors-terre qui vise à démontrer le potentiel des espaces urbains sous-utilisés : toits, stationnements, cours et espaces minéralisés inutilisés sont autant de terrains possibles pour aménager des oasis comestibles et contribuer au bien-être de la collectivité.



[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]