Suivez-nous
Portrait d'impact: Entologik, des grillons comme source de protéine
olie, développement sexuel, enfants sexualité
13745
post-template-default,single,single-post,postid-13745,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive

Portrait d’impact: Entologik mise sur les grillons comestibles bios comme source alternative de protéine pour le futur

Afin de favoriser une diversité alimentaire de grande qualité — mais aussi pour réduire l’impact environnemental de notre alimentation — l’entreprise québécoise Entologik, située à Ange-Gardien en Montérégie, se spécialise depuis 2019 dans l’élevage et la production de grillons comestibles biologiques. 

Nutritifs et particulièrement riches en protéines et en vitamine B12, les insectes sont « une possibilité réelle de diminuer l’insécurité alimentaire » partout dans le monde, indiquait la FAO (l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies) en 2013, en dévoilant alors une publication de plus de 200 pages sur les perspectives d’avenir de la consommation d’insectes.

Ce pavé, le fondateur d’Entologik, Marc-André Hébert, le connaît très bien. C’est ce qu’il a entre autres inspiré à devenir éleveur d’insectes il y a quatre ans, alors qu’il cherchait un moyen concret de faire face à son écoanxiété.

Pour lui, il est clair que l’heure de diversifier notre alimentation a sonné. « Notre autonomie alimentaire est à risque! », s’exclame-t-il.

Marc-André Hébert, Président et Directeur général d'Entologik
Marc-André Hébert, Président et Directeur générale Entologik

Âgé de 38 ans, ce dernier énumère alors d’un seul souffle les différentes crises sanitaires qui ont sévi ces dernières années et qui ont engendré une incertitude alimentaire. Que ce soit la maladie de la vache folle, la pandémie de COVID-19 ou plus récemment, celle de la grippe aviaire.

À cela, il faut ajouter les effets des changements climatiques, de plus en plus visibles, et qui causent de véritables maux de tête aux producteurs agricoles, raconte-t-il. Et, bien sûr, le fait que l’humanité a franchi le cap des 8 milliards d’êtres humains l’an dernier — et qui, selon les prévisions, devrait passer à pas moins de 9,7 milliards d’habitants d’ici 2050.

« De gros défis s’en viennent », résume Marc-André Hébert, qui préside également l’Association des éleveurs et transformateurs d’insectes du Québec (AÉTIQ). 

« « Il va falloir produire de plus en plus, avec de moins en moins de ressources. Et l’élevage d’insectes comestibles est certainement une source alternative de protéine prometteuse pour l’avenir »,
Marc-André Hébert, Président et Directeur Général d'Entologik

L’entomoculture, soit l’élevage d’insectes, réduit sans conteste l’empreinte écologique de la filière agroalimentaire, explique-t-il. « Pour produire 1 kg de grillons versus 1 kg de bœuf, nous allons utiliser 2000 fois moins d’eau, 13 fois moins de moulée, émettre 100 fois moins de gaz à effet de serre (GES)… Puis, au final, on retrouvera le double de protéine dans un kilo de grillons, comparativement au bœuf! »

Aiguillé par Esplanade Québec

Entologik, c’est une petite entreprise de quatre employés, incluant Marc-André Hébert, qui élève pas moins de 25 millions de grillons tropicaux en continu. Il s’agit d’une ferme artisanale, voire d’une « usine pilote », où l’on progresse, étape par étape, admet l’entrepreneur.

L’équipe d’Entologik

Car contrairement à l’élevage de poulets, de porcs ou de bovins, où tout est déjà connu et formulé, l’entomoculture est une jeune industrie qui demande beaucoup d’innovation, dit-il. « On doit tout inventer. La composition des moulées biologiques que les grillons doivent manger, les équipements, les procédés, la chaîne de logistique… On invente même le marché! »

D’ailleurs, son idée initiale était de commercialiser ses produits en épicerie, laisse-t-il savoir.  Mais après avoir rejoint la cohorte du programme « Collision en systèmes alimentaires » d’Esplanade Québec, au début de 2023, l’entrepreneur a revu ses priorités. 

« L’accompagnement de Vincent Lusignan m’a fait réaliser que je ne pouvais pas être partout et j’ai donc réaligné un peu ma compagnie. »
Marc-André Hébert, Président et Directeur Général d'Entologik

« Pour l’instant, j’ai pris la décision d’approcher davantage des transformateurs, afin qu’ils utilisent mon produit de base pour en faire des produits finis. Des barres protéinées de poudre de grillons, par exemple. De cette façon, je peux ainsi me concentrer sur la suite des choses, soit l’automatisation de la ferme car, éventuellement, on voudrait multiplier à peu près par 20 notre production actuelle. », poursuit-il.

Des grillons à grignoter ou transformés en poudre fine à incorporer à ses préparations

Le fait de se retrouver au sein d’un groupe d’entrepreneurs en alimentation lors de la formation d’Esplanade Québec a vraiment été éclairant aussi, soutient-il. Comme entrepreneur, on se sent parfois seul sur son île, raconte-t-il. « Tes proches et ton entourage ne comprennent pas forcément quelle est ta réalité. Quels sont tes problèmes, tes défis. Donc, le fait d’échanger avec d’autres entrepreneurs, rendus au même stade que moi, m’a aidé à trouver de nouvelles avenues et à mettre les choses en perspective », conclut-il.

Les entrepreneur.e.s de la cohorte Collision en alimentaire dont Marc-André a fait partie

L’entomoculture est un domaine en pleine émergence au Québec. Seulement une trentaine de producteurs s’y adonnait en 2022, selon le plus récent inventaire de la Table filière des insectes comestibles (TFIC). 

Or, les grillons d’Entologik sont les seuls dans la Belle Province à être officiellement certifiés biologiques. L’entreprise a obtenu sa certification par Ecocert Canada en novembre 2022.