Suivez-nous
Ecotime et l’eau de pluie : consommer autrement - Esplanade Québec
9302
post-template-default,single,single-post,postid-9302,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.8.0,vc_responsive

Portrait d’impact: Ecotime et l’eau de pluie, une ressource pour consommer autrement

Recycler les eaux pluviales pour réduire la consommation de l’eau potable, c’est la solution à la fois économique et écologique que propose Ecotime aux municipalités, entreprises et autres projets immobiliers.

Ecotime est une jeune pousse qui se spécialise dans la valorisation des eaux de pluie et des eaux grises – les eaux usées domestiques faiblement polluées, comme l’eau d’évacuation d’une douche – afin de réduire la consommation de l’eau potable. L’entreprise a notamment conçu OASIS, un système de récupération des eaux pluviales destiné aux bâtiments institutionnels, commerciaux et industriels. « Notre objectif est de démocratiser la récupération des eaux de pluie et de simplifier son installation et son opération », souligne Timothé Roy-Bouchard, cofondateur d’Ecotime. Car pour l’heure, les systèmes disponibles sur le marché québécois sont essentiellement conçus sur mesure et leur installation demeure complexe.

La solution développée est un système automatisé tout-en-un qui permet de récupérer les eaux pluviales tombées sur la toiture plate d’un bâtiment. Une fois filtrées, ces eaux sont stockées, traitées et utilisées là où l‘usage de l’eau potable n’est pas nécessaire comme les toilettes, l’arrosage, le nettoyage de surfaces, le lavage de véhicules ou même l’entretien d’une patinoire. De quoi permettre une réduction intéressante de l’utilisation de l’eau potable, puisqu’un mètre carré de superficie de toiture recevrait en moyenne près de 1000 litres d’eau par année au Québec.

« On a le faux sentiment que l’eau potable est une ressource quasi-infinie au Québec, alors que ce n’est pas du tout le cas », relève Timothé Roy-Bouchard. Les interdictions de baignade dans nos plans d’eau et les interdictions d’arrosage illustrent d’ailleurs l’ampleur de la problématique québécoise. Les municipalités ont donc tout intérêt à revaloriser les eaux de pluie, non seulement pour mieux gérer la demande en eau potable, et notamment de manière plus écologique, mais aussi pour réduire les surverses qui débordent dans les cours d’eau.

Ecotime
L’équipement d’Ecotime

De la même manière, les industries ou les commerces soucieux d’améliorer leur impact environnemental, ou encore les porteurs de projets immobiliers désireux d’obtenir une certification LEED, peuvent installer un système d’économie d’eau.

Timothé Roy-Bouchard et son partenaire, Eddy Dureuil, participaient à la cohorte Collision en 2021, un programme de l’Esplanade qui accompagne les entrepreneurs dans le lancement de leur projet d’impact. « On sent que l’Esplanade tient aux compagnies qu’elle accompagne : elle nous a soutenus et encouragés dans nos démarches, même après les ateliers. » Il retient en particulier la flexibilité et l’ouverture d’esprit de l’Esplanade, qui acceptait à sa demande d’intégrer dans le programme un coach externe, Dominic Belhumeur, pour répondre au besoin de la startup. « Comme il est spécialisé dans le secteur municipal, il nous a permis d’éviter des erreurs et de gagner du temps en nous expliquant la façon dont fonctionnent les villes, et notamment à quel moment les approcher. »

Ecotime amorce la phase de pré-commercialisation de son système OASIS. L’idée est de développer dans un premier temps des projets pilotes pour mieux comprendre le marché.  D’ailleurs, l’entreprise est actuellement en discussion avec plusieurs municipalités québécoises et un premier projet devrait se concrétiser dès cette année.

Ecotime