Suivez-nous
Les innovateur.trice.s de la nouvelle cohorte Collision | Esplanade | Collision
entrepreneurs, entrepeneuriat, impact8, esplanade, innovation, montreal, environnement, impact social, société
4037
post-template-default,single,single-post,postid-4037,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive

Les innovateur.trice.s de la nouvelle cohorte Collision

Coup d’oeil sur les neuf équipes entrepreneuriales qui constituent notre toute dernière cohorte Collision, spécialisée dans la protection de l’environnement et la lutte aux changements climatiques. Après un bootcamp intensif de 48 heures, notre jury a sélectionné ces neuf projets d’impact pour rejoindre la grande communauté des entrepreneur.e.s d’impact de l’Esplanade!

Ils seront accompagnés activement pendant trois mois au travers d’ateliers thématiques, dont l’objectif sera de les aider à structurer et à valider leur impact. Puis, ils auront droit à 30 heures de coaching sur mesure avec notre communauté de coachs et des meilleurs experts de leurs industries!

Crédit photo de couverture : Johanna Montoya

Association québécoise Zéro Déchet

Ce n’est un secret pour personne, les déchets produits par les humains sont une catastrophe pour l’environnement. Heureusement, le mouvement zéro déchet, qui lutte contre ce problème, prend de plus en plus d’ampleur. C’est en partie grâce à l’Association québécoise Zéro Déchet (AQZD), qui est l’un des acteurs phares de la sensibilisation à l’utilité du mouvement zéro déchet au Québec. 

En pleine expansion, l’AQZD développe un programme d’accompagnement pour les entreprises qui souhaitent réduire leur production de déchets sans savoir par où commencer. D’ici trois ans, elle aspire à avoir aidé 35 entreprises alimentaires à accomplir leur transition vers le zéro déchet. Une fois cet objectif atteint, l’AQZD pourra envisager d’élargir l’offre vers d’autres secteurs!

L'Équipe de l'AQZD
David Habak et Rodrigo Trespalacios de Cercle local

Cercle local

Depuis la pandémie, de plus en plus de gens se tournent vers l’achat en ligne plutôt qu’en magasin. Cette situation est profitable pour les multinationales étrangères, mais elle est catastrophique pour les commerces de proximité! Car bien souvent, ils n’ont pas les moyens ni les ressources pour développer un système d’achat en ligne efficace.

Pour contrer ce problème, David Habak et Rodrigo Trespalacios ont créé Cercle local : il s’agit d’une plateforme web qui permet à ses utilisateurs et utilisatrices de magasiner en ligne chez leurs commerçants de proximité. Les articles sont livrés à vélo en moins de 24 heures ou retirables en magasin. C’est simple et rapide!

À long terme, Cercle local aimerait pouvoir appliquer son système dans tous les centres urbains.

Constellations

François Turgeon et Gaëtan Serrigny, de chez Constellations, placent leurs préoccupations environnementales au centre de leur modèle d’affaires. Depuis peu, ils travaillent sur la conception d’une sorte de mini-maison écoresponsable : le Kujuk. Complètement optimisé, le Kujuk sera fabriqué à partir de matériaux recyclés et recyclables. Et son prix tournera autour de 25 000 $ à peine! 

Constellations vise la production de 18 unités Kujuk dans sa première année, qu’il vendrait à des particuliers ainsi qu’à des centres touristiques. En parallèle, elle prévoit créer un domaine éco-touristique, un lieu où on pourra prendre de petites vacances tout en s’instruisant sur l’environnement!

Guy Snover et Daniel Martinez de Cyrc inc.

Cyrc inc.

Chaque année, beaucoup de gens se départissent de leurs vieux meubles et accessoires en les jetant à la poubelle. Pour les remplacer, ils achètent souvent des meubles neufs, ce qui perpétue ce cycle désastreux!

Pour contrer cela, Guy Snover, Daniel Martinez et Amélie Morency ont créé Cyrc inc. C’est une entreprise qui crée des meubles et objets faits de plastique recyclé. Aujourd’hui, ils produisent surtout des vases et des lampes, mais ils souhaitent étendre leur champ d’action vers des meubles plus conséquents – divans, tables, chaises…

Leur objectif est de produire des meubles de manière aussi durable que possible, sans compromettre leur qualité. Ainsi, ils pourraient éviter à la planète des tas de déchets supplémentaires!

Solutions Ecotime inc.

La façon dont l’eau est gérée dans notre société entraîne trop de pertes inutiles. Timothé Roy-Bouchard et Eddy Dureuil, chez Solutions Ecotime inc., ont l’intention d’optimiser les systèmes qu’on utilise au quotidien. Leur objectif est double : ils visent à réduire les pertes en eau des bâtiments, mais également à faire économiser leur clientèle. Tout le monde en sort gagnant!

Aujourd’hui, leurs systèmes maximisent l’utilisation des eaux pluviales et des eaux grises, qui sont souvent perdues dans les systèmes traditionnels. Et en ce moment, Ecotime développe aussi des systèmes qui optimiseraient également l’utilisation de la chaleur!

Les ambitions d’Ecotime sont grandes. Timothé Roy-Bouchard et Eddy Dureuil aspirent à faire de leur entreprise une multinationale des technologies vertes, toujours tournée vers le développement durable. 

Timothé Roy-Bouchard et Eddy Dureuil, de Solutions Ecotime inc.
Chantal Bernatchez, d'Irri-Blière

Irri-Blière

Chantal Bernatchez n’en est pas à son premier projet d’impact positif. Elle est la fondatrice de l’association Vergers d’Afrique, qui oeuvre pour le développement durable en Afrique. Avec Irri-Blière, avec la collaboration de l’organisme Environek, elle souhaite étendre son impact jusque dans la Beauce, au Québec.

L’objectif : créer des kits d’irrigation goutte-à-goutte à partir de tubulures d’érablière recyclées. C’est un projet écoresponsable qui profitera à la population québécoise, car il créera des emplois dans la région beauceronne. Et en plus, grâce à l’utilisation des matériaux recyclés, l’impact environnemental des kits d’irrigation sera réduit de 50% par rapport à celui des kits traditionnels!

Chantal Bernatchez et son équipe prévoient produire 10 000 kits d’irrigation par année.

Transport Actif Québec

Hors pandémie, 65% des travailleurs de la communauté métropolitaine de Montréal se rendent au travail seuls dans leur voiture, ce qui est dommage pour l’environnement. L’équipe de Transport Actif Québec (TAQ), constituée de Stéphane Peevers, Belynda Francoeur, Charles Leclerc et Melody Tim Yen, s’attaque au problème avec son programme Indemnité kilométrique vélo (IKV).

Ce programme facilitera le passage de la voiture solo au vélo pour ses participants. Ils pourront s’y procurer un vélo à assistance électrique, un casque, des vêtements de sport… Bref, tout l’équipement nécessaire à la transition de l’auto au vélo. Il sera également possible pour les entreprises d’obtenir des conseils auprès d’IKV pour créer une culture du vélo dans leur équipe.

D’ici trois ans, TAQ espère voir le pourcentage des travailleurs qui utilisent le vélo passer de 2,5% à 5,5% grâce à IKV!

Stéphane Peevers, Belynda Francoeur, Charles Leclerc et Melody Tim Yen, de Transport Actif Québec
Vincent Wilson, de Versatile

Versatile

Au Québec, on enfouit environ 133 000 tonnes de déchets textiles chaque année. C’est évidemment dommageable pour l’environnement, mais également pour l’économie. En effet, ça ne produit aucune richesse, mais c’est coûteux quand même.

Vincent Wilson et son entreprise Versatile proposent de revaloriser ces déchets en leur trouvant de nouveaux usages. Par exemple, ils peuvent très bien servir au rembourrage ou à la doublure de certains produits. Une autre idée de Versatile est celle de la dépolymérisation organique. Par ce procédé, il serait possible de transformer de la matière synthétique en matière organique. Elle deviendrait beaucoup moins polluante une fois sa nouvelle vie terminée!

Pour le moment Versatile se concentre sur le développement de ses propres produits finis. Le plus abouti est l’écho bloc, un type de panneau d’isolation sonore et thermique aussi chic qu’efficace.

Déméter IA

Depuis décembre dernier, Nicolas Fillion, Xinchi Qi et Eleftherios Balampanis travaillent sur Déméter IA. Il s’agit d’un service de visualisation et d’optimisation de la production des serres. Il sera disponible sur une plateforme web, et il offrira un avantage énorme par rapport aux solutions du même genre : beaucoup plus de paramètres pourront être surveillés en même temps.

Grâce à la technologie de Déméter IA, tout propriétaire de serre pourra avoir les meilleures informations disponibles sur sa production : température, humidité, lumière, mais aussi analyse de phénotypage, identification des maladies, etc. Ainsi, la culture en serre sera grandement facilitée et pourra se multiplier dans les centres urbains. D’ici trois ans, Déméter IA espère servir 10% des quelque 900 exploitations canadiennes! Voilà de quoi encourager l’agriculture locale, et ce toute l’année.

Nicolas Fillion, Xinchi Qi et Eleftherios Balampanis, de Déméter IA