Suivez-nous
Circulus Agtech ou l'engrais circulaire - Esplanade Québec
économie circulaire, impact environnemental
10968
post-template-default,single,single-post,postid-10968,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive

Portrait d’impact : Circulus Agtech ou l’engrais circulaire

Circulus Agtech transforme des déchets organiques en engrais liquide : une solution d’économie circulaire attrayante pour la culture en serre et toutes autres cultures biologiques.

Créée en 2019, l’entreprise propose un engrais liquide organique conçu à base de fumiers, compost et autres boues de pisciculture. À son origine, ce constat : « Les productions en serre sont dépendantes de fertilisants chimiques. Or, ceux-ci sont issus de procédés pétrochimiques qui, au niveau énergétique, sont très demandants à produire », explique David Leroux, cofondateur de la startup.  

Des éléments nutritifs recyclés pour des cultures en serre et en champ

L’idée est de transformer des matières résiduelles locales à grande échelle. Les déchets organiques sont ainsi récupérés auprès de pisciculteurs ou d’agriculteurs animaliers qui n’en ont pas l’usage. Ils proviennent également de la ferme d’insectes TriCycle, située à la Centrale Agricole à Montréal. C’est d’ailleurs là que Circulus Agtech a installé sa deuxième usine pilote qui complète la production d’une première usine à Mirabel. « Ces deux projets pilotes ont la capacité de produire 4000 litres de fertilisant par mois. »

Le produit fini est quant à lui « un engrais inodore, sans pathogènes et directement disponible pour l’utilisation agricole » aussi efficace qu’un fertilisant synthétique, notamment pour sa rapidité d’action. Facile d’utilisation, il est particulièrement intéressant en hydroponie où les engrais synthétiques sont traditionnellement utilisés. Il intègre également les systèmes d’irrigation en serre ou en plein champ. Dans ce dernier cas, cette solution évite l’épandage de fertilisant par camion et répond aux besoins des grands producteurs.  

Repenser le modèle d’affaires

Pour Circulus Agtech, l’idée initiale était de procurer au client un équipement pour lui permettre de produire son fertilisant, tout en lui offrant du conseil et une formation. La participation de la startup au programme Collision de l’Esplanade en 2019 était l’occasion de repenser son modèle d’affaires. En particulier grâce à Claire Lanctot, coache en stratégie de financement et agroalimentaire. « Elle nous a amenés à nous questionner pour savoir si nous voulions une entreprise de service ou de produit, souligne David Leroux. C’est là que nous avons réalisé que d’aller faire une installation chez un agriculteur, faire le suivi, etc., pouvaient être très prenant. » L’entreprise a ainsi décidé de recentrer ses opérations.  D’abord en fabriquant elle-même cet engrais recyclé, puis en le distribuant auprès de la clientèle.  Au-delà du modèle d’affaires, le soutien de Claire Lanctot a également contribué à l’obtention d’une subvention substantielle de 452 000 $ octroyée par le programme d’innovation Volet 1 d’Investissement Québec.

Une usine en région

Depuis ses débuts, l’entreprise a déjà doublé sa capacité de production. « Nous comptons atteindre la mise à l’échelle du produit d’ici trois ans », précise David Leroux. L’ambition est de construire une nouvelle usine en région avec un capacité de production d’environ 87 millions de litres d’engrais recyclé par an. Et si pour l’heure, les ventes au Québec sont en ligne de mire, Circulus Agtech envisage également de pénétrer le marché américain, où les fertilisants organiques ont le vent en poupe.  



[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]