Suivez-nous
Possibles: Innovation sociale et philanthropie - Esplanade Québec
8348
post-template-default,single,single-post,postid-8348,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive
Possibles : innovation sociale et philanthropie

Possibles: Innovation sociale et philanthropie

Possibles est une série de cinq événements tenus entre 2019 et 2021, destinée à rassembler des acteurs et actrices de changement de différents secteurs qui contribuent à la transformation de nos sociétés : technologie, philanthropie, sphère publique, affaires et arts sont à l’honneur. 

Possibles est présenté par la Fondation J. Armand Bombardier, Esplanade Québec et Bombardier, en collaboration avec la Fondation Espace pour la vie, la Fondation Mirella et Lino Saputo et Norton Rose Fulbright pour cette édition.

La deuxième édition des Possibles s’est tenue le 20 janvier 2020. Elle souhaitait susciter la réflexion autour de la place de la philanthropie comme alliée des villes, face à leurs enjeux sociaux, climatiques, économiques et de mobilité croissants. 

Pour nourrir le dialogue, deux études de cas ont été sélectionnées : 

1) Au niveau local, la Fondation McConnell, qui a pu réaliser plusieurs apprentissages au fil des ans et des projets de collaboration ;

2) À l’international, l’initiative The Grand Bargain, mise en place à Détroit à la suite de la faillite de la Ville en 2013, où un consortium de 12 fondations s’est engagé à soutenir la revitalisation de la ville à hauteur de 386 M$ US sur 20 ans.

Possibles philanthropie

Ainsi, étaient présents à l’événement pour parler de ces études de cas : Stephen Huddart, président et directeur général de la Fondation McConnell, Mariam Noland, présidente de la Community Foundation for Southeast Michigan, Rip Rapson, président et chef de la direction de la Kresge Foundation, et Gerald E. Rosen, juge en chef émérite de la cour de District américain du District Est du Michigan.

Ericka Alneus, anciennement conseillère au développement philanthropique chez Pour 3 Points, et Claire Trottier, professeure assistante à l’Université McGill, étaient les animatrices de la conférence.

La Fondation McConnell : la philanthropie comme levier

En 1927, sensible à la situation dramatique de deux hôpitaux québécois au bord de la faillite, J.W. McConnell sollicite des leaders influents du monde des affaires et recueille 60 millions de dollars de dons privés. Ce succès sert de levier pour convaincre le gouvernement provincial d’assumer également une partie des opérations courantes. Les hôpitaux sont sauvés.

Toujours dotée de la même vision philanthropique, en 2014, la Fondation McConnell a recentré certaines de ses activités sur le Québec, passant d’une philanthropie nationale à une philanthropie locale, avec l’accent sur des programmes pour la réduction de la pauvreté comme Vivre Saint-Michel en santé. La Fondation a également contribué à plusieurs initiatives rassemblant une multitude d’acteurs d’horizon différents, mais tous animés par la volonté de faire de Montréal une ville dynamique, inclusive et créative. 

The Grand Bargain : rôle et responsabilités de la philanthropie

Pour sauver la ville de Détroit de la faillite, plusieurs actions ont été entreprises, des bonnes et des moins bonnes.

Cinq années plus tard, le juge Rosen constate que « la sortie de faillite de Détroit reposait sur l’implication individuelle de gens qui se sont rassemblés, qui ont su dépasser leurs intérêts propres, dépasser la rigidité, dépasser la bureaucratie politique et les erreurs du passé pour sauver une ville-symbole ».

Le rôle de la philanthropie consiste à déconstruire des structures et hypothèses à l’origine des problèmes sociaux avec l’objectif ultime de reconstruire de façon positive la société. Il est de notre responsabilité d’adresser les questions raciales, de détruire les obstacles à l’égalité des chances pour les personnes racisées et de reconstruire les choses différemment.

Le succès de l’initiative a résidé sur le souci d’engager toutes les parties prenantes dans l’élaboration de la solution dès le départ. En tout, 16 mois de rencontres soutenues, tant avec le secteur philanthropique que les syndicats, les leaders communautaires, les fonctionnaires, les créanciers et le secteur privé. La confiance a été le lien de toutes ces composantes : confiance entre individus, confiance envers et entre les institutions et la communauté.

Possible philanthropie

Quelques leçons apprises

Voici ce qu’il faut retenir de la collaboration dans ces nombreux projets : 

– Il est désormais indispensable de créer des partenariats durables et solides. Un secteur ne peut résoudre tous les problèmes en faisant cavalier seul. 

– Le secteur public est réticent à travailler avec une seule fondation, mais très ouvert quand c’est un effort collectif, ce qui permet de maximiser et diversifier les retombées. 

– Les fondations devront accompagner les villes dans le principal enjeu qui les attend : les changements climatiques, en contribuant à bâtir des communautés résilientes et inclusives, attentives aux personnes les plus vulnérables. 

– La Ville intelligente est une avenue intéressante pour favoriser l’équité d’opportunités, promouvoir une démocratie « vibrante », la liberté d’expression et transformer les institutions pour le bien commun.

 

Pour en savoir plus sur le Grand Bargain :

– « Detroit Grand Bargain », Rockefeller Philanthropy Advisors

– « Quand la philanthropie fait front commun », le Devoir

 

Pour en savoir plus sur la conférence, consultez le livre blanc de l’évènement.



[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]