Suivez-nous
Portrait d'impact: Kiima réduit nos déchets, un déo à la fois
olie, développement sexuel, enfants sexualité
12804
post-template-default,single,single-post,postid-12804,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive

Portrait d’impact: Kiima réduit nos déchets, un déo à la fois

Par Kim Fontaine

En Amérique du Nord et en Europe, 3 milliards de déodorants sont jetés chaque année. Comment diminuer ce chiffre colossal  de déchets non recyclés?
C’est le défi que s’est lancé Kiima en créant un grand mouvement zéro déchet afin de réduire la quantité de déchets liée aux emballages à usage unique.

Fondée en avril 2020, l’entreprise se lance deux défis: proposer un premier emballage réutilisable en s’attaquant aux applicateurs de déodorants et lancer un grand mouvement de collaboration pour réduire l’utilisation des emballages à usage unique.

Pour cela, l’équipe s’associe à de nombreux fabricants de produits naturels pour leur proposer des contenants rechargeables. Pour Kiima, l’adage « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » prend vraiment tout son sens.

Un couple engagé pour la planète

Samuel Dupont et Jenny Essiambre, cofondateurs de Kiima et partenaires du quotidien, avaient envie de faire quelque chose pour l’environnement.

Particulièrement alarmés par la quantité de déchets qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement, ils entament une réflexion afin d’imaginer des solutions pour répondre à cette problématique.

« Un point qui nous revenait souvent, c’était les emballages à usage unique. Quand tu jettes un de tes produits, il est encore complètement neuf. Quand tu jettes ton déo, l’emballage comme tel n’est pas abîmé »
Samuel Dupont, confondateur de Kiima

Le duo souhaite alors commencer à remplacer les emballages à usage unique par des solutions réutilisables. De cette façon, ils pourraient avoir un impact massif à travers le monde. Eurêka ! Leur idée d’entreprise venait de prendre forme.

Du plastique qui dure (trop) longtemps

Ayant l’objectif de développer au fil du temps une gamme complète de produits de soins corporels, l’idée de s’attaquer aux déodorants en premier lieu n’est pas anodine. 

Non seulement le nombre de produits qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement est énorme, mais Samuel explique que la matière utilisée pour fabriquer les emballages prend des centaines d’années à se décomposer.

« Le premier déo conçu est encore dans un site d’enfouissement où il a été brûlé ».

Innover par la collaboration

Alors que leur produit est pratiquement terminé, et que les deux entrepreneurs analysent les stratégies pour le mettre en marché, Jenny a un déclic afin de bonifier l’impact de Kiima.

« Pourquoi à la place de faire du déo seulement de notre côté, on ne ferait pas des partenariats avec d’autres marques qui partagent nos valeurs? Comme ça, on peut juste aller plus vite tout le monde ensemble. C’est devenu vraiment une des pierres angulaires du projet, cette vision-là de collaboration »
Samuel Dupont, confondateur de Kiima

Kiima a donc créé un processus clé en main pour un fabricant de produits naturels: l’entreprise peut remplacer ses emballages par une solution qui est rechargeable, l’applicateur Kiima, tout en gardant son image de marque lors de la livraison.

En effet, la personne qui achète le produit reçoit l’applicateur Kiima, mais aussi la recharge du déodorant dans une petite boîte aux couleurs de la compagnie sélectionnée lors de l’achat. 

Kiima peut fournir l’équipement nécessaire aux entreprises pour fabriquer les recharges eux-mêmes ou leur proposer un mode co-packing (conditionner ensemble plusieurs produits) dans leur usine située dans la Cité de la Mode au coin Chabanel et St-Laurent à Montréal.

Vers l’infini et plus loin encore

Ayant démarré ses activités en pleine pandémie, Kiima a commencé ses livraisons en mars 2023. Le vent dans les voiles, l’équipe organise un lancement à Toronto quelques mois plus tard. À ce moment, c’est la première fois qu’un magasin peut vendre directement leurs produits.

En pleine expansion, les produits sont également offerts dans plusieurs pays dont l’Espagne, l’Italie et la Finlande. La France, la Suisse et l’Angleterre suivront très prochainement. 

Avec une grande assurance, Samuel explique leurs intentions : « Tant qu’il y aura des emballages uniques, on va être en train de développer de nouveaux produits ».

Des mises en contact pour mieux avancer

Kiima a participé au programme Collision en 2022 et à la Super cohorte en innovation climatique d’Esplanade Québec et Cycle Momentum en 2023. 

Satisfaits de leur expérience, Samuel recommande fortement ce type d’accompagnement à des entrepreneur.e.s qui n’auraient pas encore osé se lancer. Pour lui, les bienfaits sont multiples.

« Ça met vraiment un tempo, puis comme entrepreneur, on croise des défis au quotidien. Une des choses super que nous a permis Esplanade Québec, c’est d’avoir accès à des ressources qualifiées qui sont déjà passées par ce chemin là ».
Samuel Dupont, confondateur de Kiima

Comme par exemple, la possibilité d’avoir accès à des experts et des ressources en économie circulaire provenant de RECYC-QUÉBEC, partenaire de la Super cohorte en innovation climatique 2022 et de la prochaine Super cohorte en innovation climatique 2023 qui débutera cet automne. Propulseur de l’économie circulaire au Québec, la Société d’État s’implique auprès des entrepreneurs qui apportent des solutions pour réduire, réutiliser, recycler et valoriser les matières résiduelles dans une perspective d’économie circulaire et de lutte contre les changements climatiques. 

Nul doute que ces interactions leur ont permis de sauver beaucoup de temps, de prévenir des erreurs en plus d’améliorer l’entreprise en général.

Une vague de changement

Pour les cofondateurs, Kiima est plus qu’une gamme de produits, c’est une communauté. D’ailleurs le nom de leur entreprise fait écho à trois mots différents pour représenter leur mission. Tout d’abord, vague en grec, ensuite floraison en basque et enfin un des noms pour représenter le kilimandjaro. En d’autres termes, l’entreprise est « la vague de changement qui va ramener la floraison en s’attaquant à la grosse montagne de déchets que nous générons chaque année ». Perspicace ce duo !

Comme mot de la fin, Samuel invite tout le monde à rejoindre la communauté Kiima : « tant mieux si les gens adoptent nos produits, mais déjà de nous suivre sur les médias sociaux, c’est déjà super pour nous ».