Suivez-nous
Solenne Savoia, gestionnaire de programme - Esplanade Québec
florence gauthier, équipe, esplanade, entrepreneur d'impact, gestionnaire de programme, accélérateur
10280
post-template-default,single,single-post,postid-10280,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive
Visuel portrait Solenne

Portrait d’équipe: Solenne, gestionnaire du programme Collision

L’Esplanade, c’est un peu comme une grande famille, dans laquelle en plein coeur se trouve l’équipe d’accompagnement! Celle qui dédie tout son temps à accompagner au mieux les entrepreneur.e.s d’impact qui intègrent nos programmes en les guidant, en écoutant leurs besoins, en les connectant avec nos expert.e.s et nos coach.e.s, et en les suivant sur le long terme. Aujourd’hui, on donne la parole à Solenne Savoia, gestionnaire du programme Collision, en remplacement du congés maternité de notre collègue Aurélie Carpentier.
Depuis quand travailles-tu chez Esplanade Québec et qu’est-ce que tu y fais? 

J’ai rejoint l’Esplanade en avril 2022 en tant que gestionnaire du programme Collision, pendant le congés maternité d’Aurélie Carpentier. Véritable porte d’entrée sur l’entrepreneuriat d’impact, ce programme est dédié aux projets en démarrage.

On accompagne chaque année 3 cohortes d’une dizaine d’organisations chacune. D’ailleurs, un appel à projet est en cours pour les entrepreneur.e.s du monde de la santé!

En quelques mots, peux-tu nous décrire ton parcours professionnel et ce qui t’a mené à l’Esplanade?

Si mon intérêt personnel envers les objectifs du développement durable (ODD) ne date pas d’hier, mon besoin d’avoir un  »impact professionnel » a véritablement pris forme lorsque j’étais coordinatrice générale au sein de la French Tech à Aix-Marseille, une organisation qui vise à fédérer et promouvoir les startups en mettant l’accent sur la tech inclusive et durable. 

En 2021, j’ai emménagé à Montréal. J’y ai mené, pour la startup Crocos Go Digital, (une startup française qui met l’intelligence artificielle au service de la neuro-éducation) une étude sur la chaîne thérapeutique des enfants neuro-atypiques au Québec, afin de fournir des recommandations quant à la meilleure façon d’implanter l’entreprise outre-atlantique.

Par la suite, c’est donc assez naturellement que j’ai voulu rejoindre Esplanade Québec, pour y accompagner des entrepreneur.e.s dont les solutions répondent aux enjeux sociaux et environnementaux qui sont les nôtres aujourd’hui. 

Quels sont, selon toi, tes meilleurs atouts pour accompagner les entrepreneur.e.s d’impact?

Cela fait plusieurs années que je travaille aux côtés d’entrepreneur.e.s. Et même si leurs enjeux sont propres à chacun, ou du moins à leur industrie ou à leur stade de développement, leurs réalités à tous se font souvent écho.

Le fait d’avoir travaillé avec une multitude d’entrepreneur.e.s me permet de développer une vision globale, de bien comprendre et éventuellement d’anticiper certains de leurs besoins. 

Ce qui m’amène ultimement à leur poser les bonnes questions, celles qui permettent de se recentrer et d’avancer de façon cohérente. 

C’est quoi le plus grand défi selon toi quand on accompagne des entrepreneur.e.s ?

Travailler aux côtés de personnes qui débordent d’idées et d’ambition est réjouissant. Néanmoins, il arrive que lorsqu’on déborde d’idées… on déborde, justement ! 

Accompagner les entrepreneur.e.s dans la définition d’un plan d’action ambitieux tout en étant clair et cohérent est à la fois un défi et une vraie valeur ajoutée pour celles et ceux que l’on soutient. 

Combien d’entrepreneur.e.s as-tu accompagné dans ta carrière?

En plus des quelques 800 startups qui constituaient la communauté dont j’avais la charge en France et que je conseillais de façon ponctuelle,  j’ai aussi accompagné de façon plus soutenue 2 cohortes d’entrepreneurs qui étaient plus éloignés des milieux de la tech et de l’emploi.

À l’Esplanade, j’ai eu le privilège d’accompagner une 1ère cohorte en partenariat avec RECYC-QUÉBEC sur le thème de l’économie circulaire.

Tu as un faible pour une organisation que tu as accompagnée ? Si oui, pourquoi celle-ci?

J’ai un faible pour chacun des projets accompagnés dans la dernière cohorte en économie circulaire. mais si je devais n’en choisir qu’une, ce serait peut être SEVE : un projet intrapreneurial de revalorisation des retailles de bois d’ébénisterie et de création d’un pôle de recherche en éco-conception appliqué au milieu du bois, porté par Adeline Seneclauze et Catherine Lafortune. 

Qu’est ce qui te motive au réveil à travailler au sein de l’équipe de l’Esplanade?

2 choses. Faire partie de la solution, en travaillant aux côtés d’entrepeneur.e.s passionné.e.s qui partagent une vision du monde plus durable, plus juste et qui œuvrent pour le transformer dans ce sens.  Et faire partie d’une équipe en or : des personnes brillantes, drôles, au soutien indéfectible. 



[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]