Suivez-nous
8 start-ups pour innover dans le secteur bioalimentaire - Esplanade Québec
entrepreneur d'impact, entrepreneur impact, entrepreneur social, innovation sociale, innovation bioalimentaire, esplanade, programme collision, programme esplanade
8535
post-template-default,single,single-post,postid-8535,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive
Innovation bioalimentaire

8 start-ups pour innover dans le secteur bioalimentaire

À la suite d’un bootcamp tenu les 3 et 4 février derniers, 8 équipes d’entrepreneur.e.s ont été sélectionnées pour intégrer le programme Collision + Récolte. 

Organisé par l’Esplanade, en collaboration avec le Collectif Récolte, ce programme d’accompagnement a pour objectif d’accélérer le développement de projets du secteur bioalimentaire qui contribuent à construire des systèmes alimentaires innovants, durables et équitables au Québec. 

Dans les prochains mois, les 8 projets en démarrage qui constituent cette cohorte recevront plus de 30 heures de coaching et de facilitation et assisteront à des ateliers pour structurer leur projet et valider leur impact. 

Merci à nos partenaires pour cette édition de Collision : la Ville de Montréal et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation !

Découvrez ces huit projets innovants :

ÁCARA Crowdfarming

Un projet représenté par Auky Gonzales Gysin, Bruno Vergniol et Guillaume Geoffroy.

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

L’entrepreneuriat agroalimentaire est caractérisé par un accès difficile à du financement, ce qui représente une barrière à l’entrée et à la pérennité des projets agro-entrepreneuriaux.

La solution d’impact :

Un modèle de financement alternatif et décentralisé qui permet aux entrepreneurs agroalimentaires de collecter les fonds nécessaires à l’atteinte d’une stabilité financière. 

ACARA Crowdfarming
Quelques mots sur le projet

Les récents événements internationaux ont mis en lumière les problèmes d’approvisionnement transfrontalier et l’augmentation des coûts alimentaires. Une prise de conscience collective s’est opérée sur les enjeux de sécurité alimentaire et d’autonomie alimentaire. Une meilleure résilience des systèmes alimentaires passe par un soutien aux initiatives entrepreneuriales locales et biologiques. Pour ce faire, il est essentiel de mettre en place des réseaux de financement participatifs et alternatifs, car les sources de financements traditionnels privé et public sont trop limitatives. 

Auky Gonzales Gysin, fondateur d’ÁCARA Crowdfarming, s’intéresse aux systèmes alimentaires depuis plusieurs années. Il a participé à la recherche et développement de produits alimentaires et s’est impliqué auprès d’organismes communautaires œuvrant en sécurité alimentaire.

L’équipe d’ÁCARA Crowdfarming a pour objectif d’une mise en marché à la fin de l’été 2022.

Collation pour tous !

Un projet représenté par Josée Poirier Defoy et Stéphanie Dubois.

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

Encore trop d’enfants de Gatineau n’ont pas accès à des collations saines, alors que des fruits et légumes invendus sont jetés tous les jours par les épiceries.

La solution d’impact :

Des collations nutritives et savoureuses, cuisinées à partir des invendus d’épicerie, et vendues à des écoles de Gatineau dans des contenants réutilisables.

Quelques mots sur le projet

Josée Poirier Defoy travaille depuis 2017 sur le projet Collation pour tous, dont l’équipe dynamique et engagée a à coeur la santé et le bien-être de la population. Leur modèle unique et innovant, de par ses partenariats intersectoriels publics, privés et communautaires, est gagnant pour tous : les épiciers, car ils sont débarrassés d’aliments invendus, les écoles, car elles reçoivent des collations toutes prêtes, les bénévoles, car ils et elles se rendent utiles à la collectivité et participent à la vie communautaire, et les enfants, car ils et elles bénéficient de collations nutritives.

Le projet s’est déjà déployé dans 3 quartiers de Gatineau et 5 écoles, et son équipe est motivée à lui faire prendre de l’ampleur dans les prochaines années.

Un projet représenté par Arthur Devos et Ginou Pierre.

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

L’accessibilité alimentaire, le pouvoir d’achat et le sentiment de communauté sont en baisse dans la population de Montréal, notamment dans Centre-Sud Ville-Marie.

La solution d’impact :

Une épicerie solidaire offrant une option complémentaire au dépannage alimentaire et un lieu de rencontres et d’échanges.

La Dépannerie
Quelques mots sur le projet

C’est au terme d’une consultation lancée en 2019 lancée dans les différents points de service de dépannage de la Société Saint-Vincent de Paul de Montréal que ce projet a vu le jour. La SSVPM a pu dresser différents constats concernant les lieux de dépannage alimentaire : le manque de dimension sociale, le manque de produits frais et variés et le manque de choix.

La Dépannerie se veut une solution à tous ces problèmes. En plus d’être une épicerie à faible coût, elle offrira des ateliers pédagogiques et de sensibilisation à ses usagers et constituera un lieu de rencontres et d’échanges. 

Son ouverture est prévue dans les prochaines semaines, dans un local qui est déjà en cours d’aménagement.

Ma Belle Terre

Un projet représenté par Erwan Dufour.

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

Le secteur bioalimentaire québécois peine à voir naître de nouveaux projets, car il nécessite des investissements majeurs.

La solution d’impact :

Une plateforme de sociofinancement entièrement dédiée aux projets agricoles et alimentaires durables au Québec.

Quelques mots sur le projet

C’est en 2021 qu’Erwan Dufour, alors responsable des événements au sein de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, a lancé Ma Belle Terre. Ayant la fibre entrepreneuriale, mais surtout la volonté d’avoir un impact positif, il voit la pandémie comme un moment clé pour inciter un changement dans nos comportements de consommation et agir pour le futur de notre province et de notre planète.

Avec sa plateforme de sociofinancement, qui a déjà permis de récolter près de 100 000$ pour 5 campagnes, il souhaite permettre de donner vie à des dizaines de projets par an et mobiliser toute une communauté autour de la vision d’une agriculture et d’une alimentation durables, locales et diversifiées.

Mauricie Récolte

Un projet représenté par Jescika Lavergne, François Bernier, Magaly Macia, Marie-Andrée Trudel, Pascal Baril-Sabourin et Marie-Michelle Savard

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

L’insécurité alimentaire et l’exclusion sociale sont un problème qui touche de plus en plus de personnes en Mauricie, et dont les conséquences sont multiples.

Leur solution d’impact :

La mutualisation des services des initiatives de glanage dans les 6 MRC du territoire et le développement d’un volet marchand pour assurer la pérennité.

Mauricie Récolte
Quelques mots sur le projet

Mauricie Récolte est issu de la rencontre de partenaires aux initiatives de glanage depuis 2020 ayant à cœur de maintenir et d’étendre ces activités en sécurité alimentaire dans sa région. Les activités ont démontré des retombées positives depuis 2018 auprès des producteurs, des citoyens cueilleurs et des organismes bénéficiaires. En récoltant les denrées laissées dans les champs pour les partager, les initiatives de glanage de Mauricie Récolte valorisent les surplus agricoles et participent à la sécurité alimentaire et l’inclusion sociale en s’impliquant à différents niveaux dans l’écosystème alimentaire en soulageant la pression budgétaire des participants. Leur impact est donc autant social, économique, qu’environnemental !

Dans les six prochains mois, leurs objectifs sont, entre autres, de finaliser un plan d’affaires, de poursuivre leurs échanges avec des acteurs similaires dans d’autres régions et d’initier des projets pilotes sur le développement et la commercialisation de produits et services complémentaires aux activités de glanage qui permettront de pérenniser les activités initiales.

Marché Ahuntsic-Cartierville

Marché Ahuntsic-Cartierville

Un projet représenté par Tania Sharkey et Romane Lalonde.

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

La hausse des prix alimentaires s’accentue et amplifie le problème de l’insécurité alimentaire dans Ahuntsic-Cartierville.

La solution d’impact :

Un système de vente en ligne pour des producteurs agricoles urbains, couplé au réseau de Marchés Solidaires des Marchés Ahuntsic-Cartierville.

Quelques mots sur le projet

La boutique en ligne que développent Tania Sharkey et son équipe représente une solution innovante aux retombées multiples. Elle pourra fonctionner à l’année longue, grâce à l’apport de l’agriculture urbaine, là où la majorité des initiatives locales similaires sont saisonnières. De plus, elle permettra aux entrepreneur.e.s agricoles de réduire les coûts liés au transport et à la distribution de leurs produits, tout en augmentant leur visibilité et leurs points de ventes. 

Ce projet, qui vise à améliorer la sécurité alimentaire des communautés vulnérables et soutenir l’agriculture urbaine et de proximité, bénéficie déjà d’un réseau solide de partenaires. L’équipe travaille pour lancer officiellement la boutique d’ici six mois.

Marché mobile – Verger Patrimonial de Témiscouata

Un projet représenté par Yaël Steck et René Lavoie.

Le problème auquel s’attaque le projet :

Certaines municipalités du Témiscouata sont qualifiées de déserts alimentaires, du fait de la distance importante entre le domicile d’une partie de la population et les commerces alimentaires.

Leur solution d’impact :

Un marché mobile dans la MRC du Témiscouata, qui proposera aux citoyen.ne.s des produits frais et locaux.

Marché Mobile
Quelques mots sur le projet

Sur le territoire de Témiscouata, lors d’une table de concertation, des producteurs ont fait remonter leur besoin de trouver de nouvelles solutions pour améliorer la commercialisation, la visibilité et la distribution de leurs produits. 

C’est de là qu’est née l’idée de ce marché mobile, qui a tout le potentiel d’avoir un fort impact positif sur la région. Il créera du lien entre la population et les producteurs et productrices, et permettra à des personnes en situation de précarité d’avoir accès à de la nourriture saine et fraîche, de créer de nouvelles habitudes de vie et de (re)découvrir les richesses de la région tout en soutenant les producteurs locaux dans la distribution de leurs produits.

L’équipe lancera officiellement son projet au printemps 2022.

Projet collectif en sécurité alimentaire

Un projet représenté par Anne-Catherine Pilon.

Le problème auquel s’attaque l’équipe :

L’insécurité alimentaire, le gaspillage alimentaire et l’exclusion sociale sont des problèmes grandissants à Sherbrooke.

La solution d’impact :

Un plan d’action 2023 qui vise à accroître la sécurité alimentaire, diminuer le gaspillage alimentaire et favoriser l’inclusion sociale à Sherbrooke.

Quelques mots sur le projet

Le Projet collectif en sécurité alimentaire est coordonné par Entreprendre Sherbrooke, une OBNL paramunicipale. 

L’une des actions de son plan d’action consiste à augmenter l’approvisionnement des organismes oeuvrant en sécurité alimentaire et des personnes en situation de précarité alimentaire en récupérant et en transformant des surplus de fruits et de légumes dans les champs à proximité de Sherbrooke. Des personnes éloignées du marché de l’emploi seront invitées à prendre part aux activités de récolte et de transformation. Grâce à cette opportunité, elles pourront se créer un sentiment d’appartenance, développer de nouvelles connaissances et briser l’isolement.

Vous souhaitez découvrir davantage
d’entrepreneur.e.s accompagné.e.s par l’Esplanade ?


[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]