Suivez-nous
Portrait d'impact: Prélib, la santé sexuelle à un clic | Actualités de l'Esplanade
Finie la gêne causée par le dépistage des ITSS. Avec Prélib et ses cliniques d’autoprélèvement, le processus se fait en toute discrétion.
prélib, itss, dépistage, entrepreneuriat d'impact, entrepreneur
5556
post-template-default,single,single-post,postid-5556,single-format-standard,bridge-core-2.3.2,tribe-no-js,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.8,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive
Prélib

Portrait d’impact: Prélib, la santé sexuelle à un clic

Finie la gêne causée par le rendez-vous de dépistage d’une ITSS. Avec la plateforme numérique Prélib et les cliniques d’autoprélèvement de Montréal et Québec, le processus se fait en toute discrétion, sans jugement, et à une rapidité inégalée. Un nouveau service visant à éliminer les barrières à l’accès au dépistage.

« Prélib part d’un constat difficile : un nombre trop important de patients n’ont jamais fait de dépistage de leur vie », annonce d’emblée la Dr. Khadija Benomar, cofondatrice de la plateforme. En parallèle de l’ouverture d’une clinique généraliste, cofondée avec d’autres médecins ferrés en santé sexuelle, l’idée d’une plateforme numérique facilitant le processus a commencé à germer.

« Normalement, une personne ayant un partenaire régulier devrait faire au moins un test de dépistage par an, poursuit-elle. Ceux qui ont plusieurs partenaires sont encouragés à le faire tous les trois mois. Or, dans la réalité, on est loin du compte. Les gens n’utilisent pas les services existants dans le réseau public traditionnel, parce qu’ils ne correspondent pas à leurs besoins. On a voulu inventer quelque chose qui pourrait changer cette donnée. »

Le dépistage en toute intimité

Confidentialité, rapidité, discrétion, absence de jugement, informations et opérations centralisées : voilà les cinq piliers sur lesquels s’appuie leur clinique de santé sexuelle nouveau genre, dont le centre nerveux est une plateforme numérique très simple d’utilisation, où les patients viennent prendre rendez-vous et où ils peuvent suivre leur dossier. Une fois le rendez-vous obtenu, ils se rendent à la clinique, où ils sont assurés de ne croiser personne d’autre qu’une infirmière très discrète.

Il n’y a pas de salle d’attente : chaque patient reçoit un code personnalisé pour entrer dans la clinique quelques minutes d’avance. Première étape : une prise de sang avec l’infirmière. Deuxième étape : le patient procède aux prélèvements plus intimes en solo dans une salle séparée, grâce au kit d’autoprélèvement que lui remet l’infirmière, puis il dépose son échantillon de façon autonome sans devoir interagir à nouveau avec quiconque. Ni vu ni connu.

Plateforme Prélib

La plateforme de Prélib

La suite est encore plus simple : la plateforme annonce l’arrivée du résultat dans les jours qui suivent et un rendez-vous avec un médecin est automatiquement organisé. « Prélib fonctionne ainsi avec un maximum d’efficacité technologique mais ne néglige pas le contact humain et rassurant avec un médecin », se félicite Dr. Khadija Benomar. « Pour nous, le plus important était d’assurer cet équilibre. Je pense que c’est ce qui permet de compter désormais parmi nos patients une quantité importante de gens qui étaient jadis réticents aux tests de dépistage. »

C’est également une première au Canada. Une telle plateforme centralisatrice, où sont réunis sur un même portail le dossier du patient et les points de contact avec médecins et infirmiers, n’existait tout simplement pas auparavant.

Défis technologiques et marketing

Khadija Benomar et ses partenaires ont recouru aux services d’Esplanade Québec dès le début de leur aventure en 2018. « Nous sommes des médecins expérimentés, mais pas du tout des informaticiens et pas complètement des entrepreneurs, alors il nous fallait du soutien technologique et administratif, explique-t-elle. L’équipe de l’Esplanade nous a mis en contact avec un coach, Daleyne Guay, qui avait une expérience des applications mobiles et de la gestion d’une startup. Son aide a été essentielle. »

Logo Prélib

« Notre coach a l’habitude de partir de rien pour accoucher de petites entreprises ultra-fonctionnelles, ajoute-t-elle. Son aide, et la force de son réseau, nous ont permis de dénicher rapidement les bons consultants et les ressources technologiques dont on avait besoin en marketing numérique et en référencement SEO.

Il nous a sensibilisés à la nécessité d’un bon branding et d’une plateforme non copiable par nos concurrents. Il a aussi été généreux dans son partage de ressources de financement et ses conseils au sujet des moyens de financement les plus avantageux en démarrage. Je dirais même qu’il a eu un rôle de directeur-consultant. Il nous a aidés à construire notre modèle financier. »

Forts de ces nouvelles expertises, Khadija Benomar et ses collègues ont vu leur plateforme connaître un développement fulgurant en trois ans. Près de 15 000 rendez-vous ont été effectués depuis l’ouverture en décembre 2018. La croissance de l’achalandage a plus que triplé depuis !

Parce qu’ils savent l’importance du marketing et d’une image accessible et même festive, ils ont poussé l’audace jusqu’à organiser en juin 2021, en partenariat avec le média Club Sexu, un festival du dépistage et des ITSS, le « DépistaFest ». Le concept ? Un festival musical qui est aussi un rendez-vous de dépistage. Fallait y penser ! L’évènement a permis de dépister plus de 600 festivaliers et festivalières. Autant de nouveaux patients qui pourront à leur tour faire connaître les services de Prélib à leurs proches. Et qui rêvent d’une édition 2022 remplie de bonne musique et de bonne ambiance, où l’on pourra à nouveau joindre l’utile à l’agréable.

Encore plus de cliniques

L’avenir est prometteur pour Prélib, qui souhaite poursuivre sa progression fulgurante. « On n’avait pas prévu un développement si rapide, précise Khadija Benomar, mais maintenant qu’on s’est ajustés en investissant davantage dans le travail des développeurs et programmeurs, ainsi que dans le service à la clientèle pour soutenir les patients dans leur utilisation de la plateforme, on est prêts à passer à la prochaine étape et à prendre encore de l’expansion. »

Après les cliniques de Montréal et Québec, Prélib compte ouvrir des centres de prélèvement à Trois-Rivières et Sherbrooke. D’autres villes québécoises sont aussi dans le collimateur. Pour que le dépistage des ITSS soit plus démocratique que jamais.